11/03/2018 11:20 | Lien permanent | Commentaires (0)

Passer l’éponge

Au fond, le plus éprouvant, c’est d’imaginer que la méthode Trump pourrait avoir marché, avec cette annonce de rencontre possible entre le président américain et le dirigeant nord-coréen. Enfin, ce qui semble une méthode: cette façade de fermeté, de rodomontades bombes atomiques à la main, d’insultes répondant à d’autres insultes, «petit gros» contre «gâteux psychopathe». J’ai comme beaucoup d’entre vous tellement envie d’être conforté dans l’idée que Donald Trump est un président catastrophique. Ça m’embête un peu qu’il trouve dès lors le moyen de «renouer le dialogue», comme on dit. Encore un peu, deux rigolades sympas entre Trump et Kim Jong-un en zone démilitarisée, et ils vont gagner le Prix Nobel de la paix, vous vous rendez compte?

Je crois aussi que l’idée de la réconciliation n’a jamais été une question simple, que ce soit dans les relations internationales ou entre amis, amants, collègues, etc. À quel moment faut-il «tendre une perche» ou «faire un geste»? Est-ce que le temps efface les haines recuites, ou se contente-t-il de couvrir d’un peu de cendres des braises brûlantes, dont la violence reste éternelle? «La seule utilité des enterrements, c’est de nous permettre de nous réconcilier avec nos ennemis», ricanait Cioran.

Dis-moi avec qui tu es brouillé, je te dirai qui tu es, ai-je ainsi parfois bêtement pensé. Car il y a une fierté parfaitement infantile à ne plus adresser la parole à quelqu’un, à lui battre froid, à lui faire comprendre qu’il a disparu de vos radars. J’ai souvent eu peur de me faire avoir, en me réconciliant, je crois. Soit parce que j’étais convaincu d’avoir aveuglément raison, et que c’était évidemment à l’autre de faire quelque chose pour mettre fin à ladite brouille. Soit, au contraire, parce que j’avais sans doute tort, et qu’il devient assez vite ennuyeux de le reconnaître en tendant le fameux rameau d’olivier. Je vous passe les cas entre-deux, ou ceux qui n’ont plus d’importance: ce sont les plus nombreux. Résultat, s’accumulent dans la vie mille vieilles histoires, des non-dits, plein de trucs pas réglés, en suspens. Mais je ne crois plus vraiment que toutes ces brouilles aient été utiles, désormais. Elles m’ont juste fatigué. Dis-moi avec qui tu te réconcilies, je te dirai qui tu es: cela pourrait ressembler à un programme plus heureux.

Les commentaires sont fermés.